Race class 101, cours #1: Les concepts de race, d’ethnicité et de nationalité ne sont pas interchangeables

Note: Mes multiples débats sur Twitter et les discussions auquels j’ai assistés en classe à ce sujet, est ce qui m’a poussé à écrire cet article. En espérant qu’on puisse lancer une discussion constructive et apprendre les uns des autres.

Au 18e siècle, un médecin et botaniste suédois nommé Carl Von Linné a inventé un concept de classification de l’espèce humaine que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de « race ». Carl Von Linné est reconnu pour ses travaux sur la taxonomie, une branche de la biologie, qui a pour objet de décrire les organismes vivants et de les regrouper en entités afin de les identifier, les nommer et les classer via des clés de détermination.

Ce botaniste en question a décidé d’appliquer cette méthode de classification aux êtres humains qu’il a divisé en quatre catégories : Africanus, Americanus, Asiaticus et Europeanus. Chaque classe possédait des traits de caractères bien spécifiques qu’il attribua d’abord à leurs positions géographiques, mais qui furent ensuite attribué à leur couleur de peau.

Africanus (Africains): flegmatiques, noirs de peau, lents, détendus et négligents

Americanus (Autochtone): colériques, rouges de peau, francs, enthousiastes et combatifs

Asiaticus (Asiatique): mélancoliques, jaunes de peau, inflexibles, sévères et avaricieux

Europeanus (Européens): sanguins et pâles, musclés, rapides, astucieux et inventifs

Voilà ce dont on parle, lorsqu’il est question de race. De cette classification (raciste) d’êtres humains en fonction de leurs traits physiques, principalement de la couleur de peau. Maintenant pourquoi est-il important de différencier le concepte de race avec ceux de nationalité et d’ethnicités? Pour éviter d’effacer la réalité des autres.
Comme mentionné plus haut, cette idée d’article m’est venue à cause de divers discussions et débats tenus sur les réseaux sociaux et en classe.
« Je ne suis pas blanche, je suis égyptienne! » est un exemple de chose (parmi tant d’autre) que j’ai entendu dans une discussion de classe et que j’aimerais adresser… d’où la raison de l’article.
Vivre au Québec et ne pas être d’origine canadienne-française/ou européenne ne fait pas de toi une personne non-blanche. Il est possible d’être égyptienne et blanche, de la même manière qu’il est possible pour moi d’être noire et canadienne. Blanche étant la race de ladite personne et égyptienne, sa nationalité. Je pense qu’on s’est tous mis d’accord sur le fait que lorsqu’on parle de race, on parle de trait physique et plus spécifiquement de couleur de peau. Mais lorsqu’on parle de nationalité qu’est-ce que cela veut dire?
Selon le petit Larousse, la nationalité est l’appartenance juridique d’une personne à la population constitutive d’un État. En d’autres mot, c’est le pays dans lequel tu es né ou le pays duquel tu as obtenu ta citoyenneté (donc celui sous lequel tu es sous juridiction).
Par exemple, j’ai la nationalité canadienne parce que je suis né au Canada. On peut également rajouté que je suis d’origine haïtienne parce que mes deux parents sont nés et ont grandi en Haïti. Je suis donc Noire ET Canadienne. Ma nationalité ne détermine pas ma race et vice versa.
Et quand on parle d’ethnicité on parle de quoi au juste? Selon moi, ce concept est celui qui est le plus souvent échangé avec celui de race. Mais voici ce que nous donne le dictionnaire Larousse comme définition : « Groupement d’individus ayant même origine, ou tout au moins une histoire et des traditions communes ». Exemple de groupes ethniques? Les Arabes et les Latinos. Ces deux ethnicités sont également considérées comme étant des races et c’est compréhensible.

Dans les pays occidentaux à majorité blanche, les Latinos et les Arabes sont des communautés racisées, c’est-à-dire qu’elles vivent et expérimentent toutes sorte de discrimination lié à leur couleur de peaux très physique, culture et langages. Et c’est effectivement du racisme malgré le fait qu’ils ne soient pas catégorisés dans le classement « originale » de race. N’empêche, dans les pays arabes et latinos, les personnes noires, asiatiques, autochtones, et blanches existent et la même dynamique de pouvoir racial se manifeste là-bas de la même façon qu’il se manifeste ici. Voir une personne latine comme non-blanche juste parce qu’elle vit aussi une discrimination raciale serait ignorer et effacer la réalité des Afro-Latinos, des Afro-Arabes qui vivent des discriminations raciales chez eux.

Le concepte de race — et tout ce qui l’englobe est un concept complexe — souvent jugé simple par plusieurs. Étant donné qu’il est question de science humaine, les gens se croient experts simplement parce qu’ils ont une certaine opinion sur le sujet. Mais il y a plusieurs choses à comprendre avant d’être en mesure de donner son opinion et pour le début de cette nouvelle année, quoi de mieux que de finalement distinguer ses trois importantes notions?

Fin du premier cours de notre race class 101.

J’espère que vous avez apprécié et que vous n’hésiterez pas à poser vos questions.

From a sista,

Outta love.

PS: pour en savoir plus au sujet de Carl Von Linné, cliquez ici (site en anglais)